«L’État de l’itinérance au Canada : 2013» est publié aujourd’hui

Le Réseau canadien de recherches sur l’itinérance (Rond-point de l’itinérance) et l’Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance publient aujourd’hui à Toronto le premier rapport canadien exhaustif sur l’itinérance, intitulé L’État de l’itinérance au Canada : 2013. Voici quelques-uns des points saillants du rapport :

  • 200 000 différents Canadiens vivent l’itinérance chaque année, et jusqu’à 1,3 million de personnes ont vécu l’itinérance au cours des cinq dernières années;
  • 30 000 Canadiens sont sans-abri durant toute nuit donnée;
    o 2 880 personnes sont sans abri (dehors dans une voiture, dans un parc ou dans la rue)
    o 14 400 personnes restent dans les refuges d’urgence pour sans-abri
    o 7 350 personnes restent dans les refuges pour femmes violentées
    o 4 464 personnes sont hébergées provisoirement (sans abri, mais restant dans les hôpitaux, les prisons ou dans un logement temporaire
  • pour la plupart, l’itinérance est une expérience très courte et unique, mais entre 4 000 et 8 000 personnes sont des sans-abri chroniques (sans-abri à long terme) et entre 6 000 et 22 000 personnes sont des sans-abri épisodiques (vivant des épisodes d’itinérance répétés au cours de leur vie);
  • les sans-abri chroniques et épisodiques (moins de 15 % du total) utilisent plus de 50 % de l’espace disponible dans les refuges d’urgence; et
  • l’itinérance coûte 7,05 milliards de dollars à l’économie canadienne par an.

Pour consulter et décharger le rapport au complet, cliquez ici :www.homelesshub.ca/sohc2013

«L’État de l’itinérance procure un point de départ ayant pour but de fournir les informations nécessaires pour élaborer une approche consistante et fondée sur les preuves pour mettre fin à l’itinérance.» affirme Stephen Gaetz, professeur à l’Université York et directeur du Réseau canadien de recherches sur l’itinérance. «En rédigeant ce rapport, notre objectif était d’évaluer l’ampleur du problème et d’élaborer une méthodologie de mesure nationale.»

«L’État de l’itinérance souligne les domaines dans lesquels des progrès importants ont été réalisés au Canada qui prouvent que l’itinérance n’est pas un problème insoluble.» a ajouté Tim Richter, le président directeur général de l’Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance. «L’itinérance peut être résolue et nous avons plusieurs excellents exemples canadiens à suivre.»

Quelques exemples de progrès cités dans le rapport :

  • L’itinérance de Vancouver a connu une réduction de 66 % depuis 2008.
  • L’itinérance générale d’Edmonton a connu une réduction de 30 % depuis 2008.
  • L’itinérance de la rue de Toronto a connu une réduction de 51 % depuis 2006.
  • Le plan provincial de l’Alberta visant à mettre fin à l’itinérance et une réduction de l’itinérance de 16 % à l’échelle provinciale depuis 2008
  •  L’utilisation des refuges d’urgence à Fredericton au Nouveau-Brunswick à connu une réduction de 30 %.
  • Le projet At Home/Chez soi de la Commission de la santé mentale du Canada mené dans cinq villes canadiennes.
  • Renouvellement de la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance avec une nouvelle focalisation sur le Logement d’abord.

L’État de l’itinérance offre également six recommandations :

  1. Les communautés devraient développer et mettre en oeuvre des plans clairs visant à mettre fin à l’itinérance et appuyés par les ordres supérieurs de gouvernement.
  2. Tous les ordres de gouvernement doivent œuvrer à l’augmentation  de l’offre de logements abordables.
  3. Les communautés – et tous les ordres de gouvernement – devraient adopter l’approche Logement d’abord
  4. Une des priorités devrait être l’élimination de l’itinérance chronique et épisodique.
  5. Une autre priorité devrait être l’élimination de l’itinérance autochtone, tant à titre de catégorie d’action distincte, qu’à titre d’élément de la stratégie générale de l’élimination de l’itinérance.
  6. Introduction d’une collecte de données, d’un suivi des résultats, d’une analyse et de recherches plus exhaustifs.

L’Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance accueillera la première Conférence nationale pour mettre fin à l’itinérance au Canada du 28 au 30 octobre à Ottawa, au Delta Ottawa Centre Hotel (http://fr.caeh.ca/conference/).

Invitation : Table-ronde du 21 août 2013 – Plan de développement de Montréal

L’Institut de politiques alternatives de Montréal (IPAM) est heureux de vous inviter à une table-ronde ayant pour sujet le Plan de développement de Montréal.

Cette rencontre se tiendra dans les bureaux de Rayside Labossière, au 1215 rue Ontario est (Montréal), le mercredi 21 août 2013, de 17h à 19h, dans un contexte informel de type « 5 à 7 ».

Comme vous n’êtes pas sans savoir, Montréal adoptera prochainement son Plan de développement, lequel  fait suite au Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) et auquel s’arrimera le prochain Plan d’urbanisme. Étant donné l’importance de ce document, qui définit la vision pour le Montréal de demain, l’IPAM croit important d’offrir aux membres de la société civile, aux élaborateurs du Plan et aux élus une occasion de partager leurs idées et réflexions sur le sujet. Loin de vouloir se substituer à la démarche de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), l’objectif de la rencontre est d’échanger librement pour enrichir notre compréhension collective des enjeux et des éléments de vision porteurs, en plus de permettre aux parties prenantes du développement montréalais de se connaître et de comparer leur point de vue.

Deux principales questions seront traitées :

  • Les éléments forts du Plan qui constituent la base de réflexion et à partir desquels travailler
  • Les aspects à ajouter, à bonifier ou à corriger pour réaliser un Plan à l’image de Montréal

Afin de maximiser le temps de discussion, prenez note qu’aucune présentation du Plan de développement ne sera faite en introduction. Le Plan et tous les documents liés à la consultation sont disponibles sur le site de la Ville de Montréal et sur le site de l’OCPM :

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7717,84077570&_dad=portal&_schema=PORTAL

http://www.ocpm.qc.ca/pdm

Les places étant limitées, nous vous serions gré de confirmer votre présence le plus rapidement possible au ron@rayside.qc.ca

Au plaisir de compter parmi nous  le 21 août.

Ron Rayside, secrétaire de l’IPAM

Centenaire de la Mouvement municipal international

(Traduisez cette publication pour IPAM)

Dear Colleagues, Partners and Members,

100 years ago one of the Founding Organizations of UCLG, International Union of Local Authorities, held its first Congress in Gent Belgium. This Union became the ‘nerve centre’ for city international relations and marked the beginning of the international municipal movement.

In the framework of the preparation for this Centenary that we will celebrate in Rabat during the World Summit of Local and Regional Leaders, UCLG is calling upon the experience and memory of all its members, partners and associates.

Our goal is to gather the major events of the last one hundred years of decentralised cooperation and united municipal action and present them in a chronological exposition.

PARTCIPATE IN THE MOVEMENT

To pay tribute to the achievements of the last 100 years of the municipal movement, we require before the 20th June, archives and/or testimonies that may contribute to this common project. This may include:

  • Photos dating from 1913-2001 from meetings held by the founding organisations of UCLG: International Union of Local Authorities / United Towns Organisation
  • Photos, minutes or brochures from early cooperation projects conducted directly between municipalities
  • Particular memories or testimonies of important events or meeting that have been important to local governments on global level
  • For the sections or sister organisations, details of the creation and evolution of your organisation and photos/minutes from key events
  • Other documents or photos that you may consider relevant for the purpose of this exhibition

Please do not send us original documents or photos, if we require originals we will contact you directly.

Questions, inquiries and proposals are all welcome. Do not hesitate to contact the World Secretariat, in particular Craig Laird (c.laird@uclg.org).

Yours sincerely,
The World Secretariat

Prix du maire de Montréal en démocratie 2013

LAURÉAT 2013

Le 2 mai 2013, le maire de Montréal, M. Michael Applebaum, en présence de Mme Jocelyne Bernier, présidente du jury, a dévoilé le nom du lauréat de la deuxième édition du Prix du maire de Montréal en démocratie, soit Culture Montréal.

Culture Montréal
Fondé en 2002 par des Montréalais engagés, Culture Montréal est un mouvement citoyen indépendant, non partisan et sans but lucratif, rassemblant toute personne intéressée à promouvoir la culture comme élément essentiel du développement de Montréal. Au cours des dix dernières années, Culture Montréal a fait de l’exercice démocratique et de la participation une de ses grandes priorités. Afin de souligner sa remarquable contribution à l’avancement de la démocratie et de la citoyenneté à Montréal, l’organisme lauréat s’est vu remettre une estampe de Philippe Béha intitulée L’arbre de ville.

Deux mentions d’honneur

Cette année, une mention d’honneur a également été attribuée à deux finalistes pour leur engagement remarquable, soit : L’Écomusée du fier monde et l’ATSA. Rappelons que le Prix du maire de Montréal en démocratie vise à reconnaître l’engagement citoyen. Par l’entremise de ce concours, Montréal confirme sa volonté pour le renforcement et la promotion de la démocratie municipale. Cet hommage est le fruit de l’étroite collaboration entre la Ville de Montréal et le Chantier sur la démocratie.

Pour en savoir davantage

À NE PAS MANQUER, L’EXPOSITION « LES VISAGES DE LA PARTICIPATION À MONTRÉAL», DANS LE HALL DE L’HÔTEL DE VILLE JUSQU’AU 15 MAI

Jetant un regard nouveau sur la participation citoyenne montréalaise au fil des ans, l’exposition est une invitation à découvrir les instruments utilisés par les citoyens afin de participer plus activement aux décisions prises par l’administration municipale. En outre, les visiteurs pourront découvrir pourquoi Montréal suscite un intérêt de par le monde en matière de participation citoyenne. Réalisée par la Ville de Montréal et le Chantier sur la démocratie, en collaboration avec les Archives de Montréal et le Centre d’histoire de Montréal, cette exposition est présentée jusqu’au 15 mai 2013 dans le Hall d’honneur de l’hôtel de ville, 275, rue Notre-Dame Est.

Pour en savoir davantage

LAURÉAT 2013

Le 2 mai 2013, le maire de Montréal, M. Michael Applebaum, en présence de Mme Jocelyne Bernier, présidente du jury, a dévoilé le nom du lauréat de la deuxième édition du Prix du maire de Montréal en démocratie, soit Culture Montréal.

Culture Montréal
Fondé en 2002 par des Montréalais engagés, Culture Montréal est un mouvement citoyen indépendant, non partisan et sans but lucratif, rassemblant toute personne intéressée à promouvoir la culture comme élément essentiel du développement de Montréal. Au cours des dix dernières années, Culture Montréal a fait de l’exercice démocratique et de la participation une de ses grandes priorités. Afin de souligner sa remarquable contribution à l’avancement de la démocratie et de la citoyenneté à Montréal, l’organisme lauréat s’est vu remettre une estampe de Philippe Béha intitulée L’arbre de ville.

Deux mentions d’honneur

Cette année, une mention d’honneur a également été attribuée à deux finalistes pour leur engagement remarquable, soit : L’Écomusée du fier monde et l’ATSA. Rappelons que le Prix du maire de Montréal en démocratie vise à reconnaître l’engagement citoyen. Par l’entremise de ce concours, Montréal confirme sa volonté pour le renforcement et la promotion de la démocratie municipale. Cet hommage est le fruit de l’étroite collaboration entre la Ville de Montréal et le Chantier sur la démocratie.

Pour en savoir davantage

À NE PAS MANQUER, L’EXPOSITION « LES VISAGES DE LA PARTICIPATION À MONTRÉAL», DANS LE HALL DE L’HÔTEL DE VILLE JUSQU’AU 15 MAI

Jetant un regard nouveau sur la participation citoyenne montréalaise au fil des ans, l’exposition est une invitation à découvrir les instruments utilisés par les citoyens afin de participer plus activement aux décisions prises par l’administration municipale. En outre, les visiteurs pourront découvrir pourquoi Montréal suscite un intérêt de par le monde en matière de participation citoyenne. Réalisée par la Ville de Montréal et le Chantier sur la démocratie, en collaboration avec les Archives de Montréal et le Centre d’histoire de Montréal, cette exposition est présentée jusqu’au 15 mai 2013 dans le Hall d’honneur de l’hôtel de ville, 275, rue Notre-Dame Est.

Pour en savoir davantage

La justice sociale et la ville : Célébrations du 40e anniversaire

Le programme de 2e cycle en Design et écologie urbains à Parsons The New School for Design and The Center for Place Culture and Politics annonce le Symposium du 40e anniversaire de   David Harvey’s Social Justice and The City (1973 – 2013), samedi le 4 mai de 10am à 6pm à The New School, 66 12e rue ouest, 404.

La commémoration des 40 ans de Social Justice and the City rendra hommage au travail et à l’influence toujours marquante de David Harvey. La journée débutera pas une présentation  par Harvey au sujet de son livre et de ses 40 ans d’existence. Harvey sera ensuite rejoint pas une cohorte diverse d’intervenants urbains, des artistes, académiciens et designers, dont la pratique a été tranformée par Social Justice and the City.

1ère Rencontre Mondiale des Pouvoirs Locaux pour le Droit à la Ville

Suite à la 1ère Rencontre Mondiale des Pouvoirs Locaux pour le Droit à la Ville qui a eu lieu à Saint-Denis et Aubervilliers en France les 11 et 12 Décembre 2012, on vous informe que le communiqué de presse est maintenant disponible ainsi que la déclaration finale.

On vous rappelle que pour être à jour avec les dernières activités de la commission et les dernières nouvelles sur le droit à la ville, vous pouvez nous suivre via notre page web (http://www.uclg.org/cisdp/fr) et nos réseaux sociaux Facebook et Twitter.

Sommet international des coopératives 2012

Sommet international des coopératives 2012


UNE CÉLÉBRATION DES 65 ANS DE L’ENSEIGNEMENT DE L’URBANISME À McGILL ET AU CANADA

Description: 8h30. Inscriptions, petit déjeuner léger
9h00. Mots de bienvenue

9h15. CONFÉRENCE: LE PROCÈS ET LES PROCESSUS DE L’URBANISME
Sous l’autorité de maître Marc-André LeChasseur, des procureurs et avocats feront le procès (bilingue) de l’urbanisme en ayant recours à des témoins experts et ce, devant un jury composé des membres du public. Les témoins experts incluront des membres connus de la profession et du monde académique.

12h15. DÎNER
Conférencier principal : M. Gérald Tremblay, Maire de Montréal

14h30. FORUM SUR L’AVENIR DE MONTRÉAL
Organisé par l’École d’urbanisme et par l’Institut de politiques alternatives de Montréal (IPAM), cette rencontre rassemblera des membres de la société civile, des professionnels, des étudiants et des chercheurs pour discuter ensemble d’améliorations possibles à apporter au nouveau

Des rafraîchissements seront servis.

NOTE:
18h30. CONFÉRENCE PUBLIQUE DE ANDREW ALTMAN (Pav. Macdonald-Harrington, salle G-10)

Cette présentation, rendue possible grâce au Fonds Brenda et Samuel Gewurz, permettra au directeur de la London Olympic Legacy Corpora-tion, ancien maire adjoint de Philadelphie and ancier directeur de l’urbanisme à Washington D.C., de nous présenter ses réflections sur vingt ans de leadership en urbanisme.

Details: Si vous avez des questions sur l’événement lui-même, veuillez adresser un courriel à organisers.urbanplanning@mcgill.ca
Date/Time: Thursday, November 8, 2012 8:30 AM to 4:30 PM
Location(s): McGill Faculty Club, 3450 McTavish Street
Montreal, Quebec, H3A 0E5
CANADA
View map
RSVP/Pre-Register: September 8, 2012 to November 2, 2012
Contact: •  Event Registrar
Phone: 514-398-1248
Email: RsvpEngineeringElu.alumni@mcgill.ca

Délégation du Canada au 6e Forum urbain mondial

Aborginal Affairs and Northern Development (AANDC)
Elizabeth Tromp, Assistant Deputy Minister,
John Gordon, National Director  Urban Aboriginal Strategy  
CMHC

Carmen Foglietta, Manager International Relations
Doug Pollard, Senior Analyst  International Relations
CIDA:

Simon Snoxell, Senior Policy Analyst
IDRC

Veronnique McKinnon,  Senior researcher   Governance, Security and Justice program
Marcus Gottsbacher ,    Senior researcher   Governance, Security and Justice program

Rooftops Canada:

Barry Pinsky, Executive Director

Huairou Commission :

Marnie Tamaki, Member Huairou /GROOTS INtl
Canadian Institute of Planners:

Andrea Gabor, President
Federation of Canadian Municipalities (FCM:)

Lise Bucher, Chair of standing committee International relations
Elena Pierce, Governance ,Policy and Networks officer
Canadian Urban Institute

Andrew Farncombe, VP International Partnerships
Glenn Miller VP  Education and Research
Fred Eisenberger, President and CEO
Jeff Evanson, Head of Urban Solutions practice
Lisa Kavilcchia
Quebec

M. John MacKay, Président directeur général, Société d’habitation du Québec (SHQ)
M. Sébastien Olivier, Conseiller, Direction des affaires intergouvernementales et autochtones, SHQ
Mme Daniela Renosto, Déléguée du Québec à Rome
Mme Lucie Deschênes, Direction des organisations internationales, Ministère des relations internationales (MRI), Québec
Ville de Montréal – TBD but might include one of the following:
M. Massimo Iezzoni, Directeur général, Communauté métropolitaine de Montréal
M. Stéphane Ricci, Adjoint au Directeur de la Culture et du Patrimoine, Responsable du Quartier des spectacles, Ville de Montréal
M. Amara Ouerghi, Conseiller spécial, Réseaux multilatéraux, Direction des Affaires institutionnelles, Ville de Montréal
Autres organismes :
Mme Kathryn Travers, Directrice des programmes, Femmes et villes international, Montréal
M. Dimitri Roussopoulos, membre du Comité exécutif, Institut de politiques alternatives de Montréal (IPAM)
M. Philippe Poullaouec-Gonidec, Directeur, Chaire UNESCO en paysage et en environnement, Université de Montréal <

Should we model ourselves after vibrant New York City, Paris or Hong Kong — or sprawling Atlanta? (en anglais)

(Traduisez cette publication pour IPAM)

Urban congestion is attractive

Should we model ourselves after vibrant New York City, Paris or Hong Kong — or sprawling Atlanta?

By Raphaël Fischler and Norma Rantisi, Special to The Gazette June 7, 2012

Dense urban development, not big homes and large lots like this Brossard development, is a better way to go.

Dense urban development, not big homes and large lots like this Brossard development, is a better way to go.
Photograph by: John Kenney , John Kenney / THE GAZETTE

Wendell Cox’s piece on the virtues of unchecked sprawl (“Urban Sprawl gets a bad rap,” Opinion, June 1) is an ideological manifesto, not a serious piece of reflection on the future of our cities.

Its purpose is to make us believe that cities are simply engines of economic opportunity and that policies that intervene in market processes are doomed to cause economic pain and nothing else. The fact that cities are also communities and ecologies doesn’t appear to matter to Mr. Cox. That public policies can help to mitigate the negative impact of market processes appears to be irrelevant to him.

Mr. Cox’s argument is an utter simplification of a complex reality. Even his economic argument that deconcentration and high mobility are good for urban competitiveness is unfounded. Urban densities are not inimical to innovation, quite the contrary; congestion downtown is a sign of its attractiveness. Think about New York City, Paris or Hong Kong, and ask yourself if Montreal should really model itself after Atlanta in order to become more competitive.

Mr. Cox makes some claims about Montreal and other Canadian metropolitan areas to buttress his ideological views. But his assertions are not tenable.

He argues that commuting times are longer in Canadian metropolitan areas than in their U.S. counterparts because of our land-use policies. This is nonsense. If commuting times are longer in Montreal than in Dallas, it is in large part because more people here use public transit than in Texas and because we have allowed for faraway urban sprawl in an archipelago. (Commuting times for travel by car generally don’t include time walking to and from the car, or looking for a parking spot; on the other hand, commuting times for travel by public transit generally do include the time needed to walk to and from bus stops or subway stations.)

Mr. Cox also argues that the upsurge in real-estate values in Montreal is due to our policies on land development. This is nonsense as well. Despite agricultural zoning in the Montreal region, we have enough land zoned for residential development to accommodate at least 20 years’ worth of new construction. And nothing of significance was changed in our policies over the past 10 or 12 years, a period during which housing prices rose.

If anything, our municipalities have relaxed their zoning regulations to allow for more construction. The recent adoption of new growth controls by the Montreal Metropolitan Community has followed the rise in housing prices, not preceded it. This rise is due principally to economic factors: higher incomes and lower interest rates have fuelled demand for condos and homes.

We agree that wise policy-making on urban development requires weighing social, environmental and economic factors against one another.

It may be that creating a more environmentally sustainable city will increase the cost of housing per square foot, and that demand for large homes on large lots will become harder to satisfy. But the debate about such trade-offs should be conducted in a thoughtful manner, without resorting to what we contend has been manipulation and obfuscation.

Raphaël Fischler is director and associate professor at the School of Urban Planning, McGill University. Norma Rantisi is associate professor in the department of geography, planning and environment, Concordia University. The authors wrote this response on behalf of the Institut de politiques alternatives de Montréal.
© Copyright (c) The Montreal Gazette