Agora 2010

Programme

L’Agora a pour objectifs de contribuer à la préparation du nouveau plan métropolitain d’aménagement et de développement de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), rendu obligatoire par la loi 58. L’Agora offre aux organismes de la société civile de la région de Montréal, aux citoyens et aux universitaires, un espace pour réfléchir collectivement à sa mise en œuvre et faire des propositions sur 3 thèmes : Prospérité verte, mobilité et aménagement, qualité des milieux de vie.

Vendredi 3 décembre 2010

14H00. Inscriptions.
14H30. Accueil et introduction.
Florence Junca-Adenot, animatrice de l’Agora, directrice du Forum Urba 2015, UQAM.
14h40-14h50. Bienvenue
Phyllis Lambert, présidente, Institut des politiques alternatives de Montréal (IPAM).
Dinu Bumbaru, directeur des politiques, Héritage Montréal.
14h50-15h20. Ouverture
Le sous ministre adjoint à la Métropole, ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Organisation du territoire (MAMROT), Monsieur Jérôme Unterberg.
Le président de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), Monsieur Gérald Tremblay.
15h20-16h50. Conférences : Les expériences ailleurs.
La planification de la région de Boston: Processus et implication des citoyens.
Timothy G.Reardon, planificateur, Conseil métropolitain de la planification (en anglais).
La planification stratégique intégrée pour le Grand Lyon depuis 20 ans : écueils et succès de la collaboration entre acteurs publics à l’échelle métropolitaine.
Franck Scherrer, ancien membre du Conseil de développement du Grand Lyon; directeur de l’Institut d’urbanisme, Université de Montréal.
La planification intégrée des transports et de l’aménagement à Vancouver.
Ken Cameron, responsable de la planification pour le Grand Vancouver (en anglais).
16h50-17h40. Période d’échanges
17h40. Cocktail de discussion

Samedi 4 décembre 2010

8h00-8h05.
Rappel des enjeux et du déroulement.
Florence Junca-Adenot, animatrice de l’Agora, directrice du Forum Urba 2015, UQAM.
8h05-8h35. Vision.
Making a Great Place, Elements for Successful Metropolitan Planning.
Michael Burton, vice-provost, Université d’État de Portland, ancien maire de Portland (en anglais).
8h35-9h15. Qualité des milieux de vie
Animateur : Pierre Bélanger, directeur général, Association québécoise du transport intermunicipal et municipal.
Conférenciers : Daniel Gill, professeur, Institut d’urbanisme, Université de Montréal. Guy Garand, directeur général, Conseil régional de l’environnement de Laval.
Réplique : Louis Drouin, médecin, Direction de la santé publique, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.
Rapporteur : Jean Paré, urbaniste, ancien membre de l’Office de consultation publique de Montréal
9h15-10h40: Discussions et propositions
10h40-10h50: Pause
10h50-11h30. Prospérité verte
Animateur : Sydney Ribaux, coordonnateur général, Équiterre.
Conférenciers : Marcel Côté, associé fondateur du Groupe SECOR.
Mario Polèse, professeur, INRS Urbanisation, Culture et Sociéte.
Réplique : Hélène Bergeron, directrice générale, Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud.
Rapporteur : Henry Aubin, journaliste, The Gazette
11h30-12h55: Discussions et propositions
12h55-14h: Repas-Buffet
14h-14h40. Mobilité et aménagement.
Animatrice : Suzanne Lareau, présidente directrice générale, Vélo Québec.
Conférenciers : Pierre Giard, directeur général de la Société de transport de Laval.
Alexandre Turgeon, président exécutif, Vivre en ville.
Réplique : Paul Lewis, professeur, Institut d’urbanisme, Université de Montréal.
Rapporteur : Yves Archambault, urbaniste, professeur, Études urbaines, UQAM.
14h40-16h. Discussions et propositions
16h-16h45. Rapports en pleinière.
16h45-16h55. Commentaire général.
Gérard Beaudet, directeur de l’observatoire sur la mobilité, Institut d’urbanisme, Université de Montréal.
16h55-17h. Conclusion, suites, et remerciements.
Florence Junca-Adenot, animatrice de l’Agora, directrice du Forum Urba 2015, UQAM.

Questions à traiter pour chacune des problèmatiques

Bloc 1 – Prospérité verte

Problématiques Questions
  1. Le développement durable peut-il être une source de développement économique pour la région et comment? Quels secteurs de l’économie verte devraient être retenus et priorisés pour la région métropolitaine?
  2. Quelle est la valeur d’un centre métropolitain fort? Quelles complémentarités sur le plan économique peut-on envisager entre les différentes parties de la région pour maintenir des pôles métropolitains d’activités dynamiques bien répartis et bien structurés?
  3. Comment (ré)concilier les nouveaux développements commerciaux et industriels avec la consolidation de la vitalité de nos centres-villes, de nos noyaux villageois, de nos centres de quartiers existants?
  4. Comment encourager l’utilisation, dans nos bâtiments, des nouvelles technologies vertes et ainsi favoriser la réduction des gaz à effet de serre et des économies d’énergie?
  5. Comment la nouvelle économie verte peut-elle aider la région métropolitaine à occuper une position plus concurrentielle à l’échelle mondiale?
  1. Quels sont les problèmes les plus pressants?
  2. Quels sont les objectifs à privilégier?
  3. Quelles sont les actions prioritaires?
  4. Quelles sont les cibles les plus urgentes et les indicateurs à définir?
  5. Comment la société civile peut-elle contribuer?

Bloc 2 – Mobilité et aménagement

Problématiques Questions
  1. Comment mieux articuler l’aménagement urbain et la planification des transports? Comment mieux concevoir les pôles d’activités (emplois et commerces) en lien avec les réseaux de transport en commun et vice versa?
  2. Comment peut-on résoudre la question de la congestion automobile urbaine à l’échelle de la métropole ? Quels autres modes de transport pouvons-nous privilégier?
  3. Comment faire en sorte que les travailleurs et les étudiants puissent aisément se rendre à leur travail en transport actif ou en transport en commun?
  4. Comment aménager nos milieux urbains, pour accorder davantage de place à la circulation piétonne, au vélo et au transport en commun à l’échelle métropolitaine?
  5. Dans l’optique de la réduction des gaz à effet de serre, quelles sont les mesures, de nature incitative ou contraignante, à adopter pour contribuer à limiter l’utilisation de l’automobile?
  1. Quels sont les problèmes les plus pressants?
  2. Quels sont les objectifs à privilégier?
  3. Quelles sont les actions prioritaires?
  4. Quelles sont les cibles les plus urgentes et les indicateurs à définir?
  5. Comment la société civile peut-elle contribuer?

Bloc 3 – Qualité des milieux de vie

Problématiques Questions
  1. Sur quelles valeurs repose la qualité des milieux de vie de la région métropolitaine et comment pouvons-nous les intégrer dans les plans d’aménagement et de développement?
  2. Comment traduire les tendances démographiques et la diversité croissante des modes de vie dans l’aménagement de nos villes et dans la région métropolitaine? Comment adapter les modèles existants aux nouveaux besoins, et ce, de façon abordable pour tous?
  3. Pour assurer la vitalité des services et des équipements, faut-il augmenter la densité des espaces résidentiels ou des lieux d’emploi dans les quartiers déjà construits et dans les nouveaux quartiers? Quels sont les niveaux de densité souhaitables? Quels avantages, quels inconvénients? Comment faire?
  4. Comment protéger et mettre en valeur les milieux bâtis et naturels et les paysages dans la région métropolitaine? Quelles seraient les priorités à ce chapitre et comment établir une vision d’ensemble?
  5. Comment concilier le développement urbain et la préservation de nos terres agricoles? Comment intégrer le développement de l’agriculture urbaine et périurbaine dans nos aménagements?
  6. Comment aménager nos milieux de vie pour mieux gérer les risques environnementaux ainsi que les risques pour la santé publique, notamment le long des axes de transport?
  1. Quels sont les problèmes les plus pressants?
  2. Quels sont les objectifs à privilégier?
  3. Quelles sont les actions prioritaires?
  4. Quelles sont les cibles les plus urgentes et les indicateurs à définir?
  5. Comment la société civile peut-elle contribuer?